Sauveur & Fils, Saison 1

Quand on s'appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ?
Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d'affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s'évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…
Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien. Mais à toujours s'occuper des problèmes des autres, Sauveur oublie le sien.
Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazare, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? Pourquoi ne lui a-t-il jamais montré la photo de son mariage ?
Et pourquoi y a-t-il un hamster sur la couverture ?

Marie-Aude Murail

Éditions École des Loisirs, 2016

ISBN 9782211228336

328 p.

17 €


À partir de 12 ans


Marie-Aude Murail aime les histoires en plusieurs tomes, qui lui permettent d »établir une relation de longue durée avec ses formidables personnages.
On l’avait déjà vue à l’oeuvre dans les enquêtes de Nils Hazard, ou dans la suite de romans consacrés à Émilien, baby-sitter de choc.

Avec Sauveur & Fils, elle se lance dans une saga au très long cours, conçue comme une série télé. Chaque tome, d’ailleurs, est sous-titré « Saison 1 », « Saison 2 », etc. Jusqu’à la 6 (pour l’instant), parue en septembre 2020.
Et, comme une bonne série télé, cette série est totalement addictive ! Impossible de ne pas faire défiler les pages une fois plongé dans un volume, et tout aussi impossible de ne pas piétiner d’impatience à l’idée de retrouver ses héros dans le suivant, histoire de voir ce qu’ils deviennent.

Avec un personnage principal exerçant la profession de psychologue, on se doute que le point fort de l’ensemble, ce sont les personnages.
Sauveur Saint-Yves est un protagoniste merveilleux, doué d’empathie pour ses patients, plein d’humour, capable de dire les choses qui fâchent quand c’est nécessaire, capable aussi de se tromper, contraint parfois à tâtonner avant de trouver la bonne solution. Humain, superbement humain.

Dans ce premier tome, son fils Lazare lui répond depuis l’autre côté de sa maison, en y apportant de la fraîcheur, l’énergie primale de l’enfance, et beaucoup de curiosité… Un peu trop, d’ailleurs, puisqu’il finit par outrepasser la limite voulue par Sauveur entre vie privée et vie professionnelle.
Ce qui permet d’ajouter au point de vue clinique de Sauveur celui, instinctif et émotif, de l’enfant, et de donner un autre regard sur les cas qui se présentent dans le cabinet.

Autour de ce duo central va se mettre à graviter une galaxie de personnages récurrents, dont certains réapparaîtront dans les tomes suivants – comme, oui oui, dans une très bonne série télé.
Tout aussi généreuse, drôle et attentive que ses héros, Marie-Aude Murail aborde grâce à eux de nombreux problèmes : quête d’identité, recompositions familiales, troubles obsessionnels compulsifs, déscolarisation, dépression…
Des sujets délicats, parfois douloureux, que la romancière manipule avec beaucoup de tact et de douceur, sans en omettre pour autant la violence et les souffrances qui en découlent.

Rythmé par les jours de consultation, le roman avance de semaine en semaine, plongeant plus avant dans l’intimité psychologique des patients, comme dans la vie privée des personnages principaux.
On s’amuse beaucoup, car Marie-Aude Murail est toujours très douée pour distiller des pincées d’humour bienvenues et imaginer des situations loufoques ou décalées, amenant de la légèreté dans des histoires qui, sans cela, seraient plombantes.

On s’émeut tout autant, on s’agace parfois, car on voudrait que les patients de Sauveur s’en sortent, aillent mieux – mais ce n’est pas la vie, ça, pas la vraie vie en tout cas… et Marie-Aude Murail prend garde de ne jamais tomber dans la facilité ou les solutions faciles.

Le tout est accompagné d’un suspense qui monte au fil du volume pour s’achever dans un climax haletant, digne d’un polar. Avant d’offrir une très jolie ouverture familiale et géographique, sur les traces du passé des Saint-Yves.

Bref, ce premier tome rend accro, et donne envie de se précipiter sur le deuxième pour savoir ce que deviennent Ella, Gabin, les soeurs Augagneur, Margaux et Blandine… ainsi que Sauveur, Lazare et tous les autres bien sûr !


La page du blog consacrée à l’auteure : Marie-Aude Murail

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s