Ana Ana

Série d’Alexis Dormal (dessin) et Dominique Roques (scénario)

Éditions Dargaud-Jeunesse

7,95 € l’album


À partir de 3 ans


Tout a commencé avec un enfant affublé du drôle de nom de Pico Bogue. Créé par le stylo de Dominique Roques et les pinceaux de son fils Alexis Dormal, ce petit garçon malicieux et philosophe à ses heures perdues (c’est-à-dire assez souvent) est un peu le cousin francophone de Calvin et Hobbes.

Dès le premier tome, on le découvre flanqué de sa petite sœur. Elle s’appelle Ana Ana, et s’avère très vite tout aussi maligne et taquine que lui, au point de bientôt avoir droit à sa propre série.

Si Pico Bogue touche plutôt les adultes ou les enfants assez âgés pour en comprendre les subtilités (à partir de 10-11 ans ?), Ana Ana est clairement à destination des jeunes lecteurs.
Voire des très jeunes, puisque ma fille aînée a adhéré dès trois ans aux aventures drôles, affectueuses et colorées de la demoiselle. Un an et demi plus tard, elle possède la collection presque complète dans sa bibliothèque, et elle les lit et relit avec bonheur.

On reconnaît Ana Ana au premier coup d’oeil : tee-shirt rayé blanc et rouge, pantalon bleu, énorme tignasse blonde ébouriffée, bonne bouille éveillée, représentée avec douceur par les crayons fins et les jolies aquarelles d’Alexis Dormal.

Dans ses albums, on ne voit jamais son grand frère, ni ses parents, ni aucun autre personnage humain.
Ses seuls compagnons de jeu, ce sont ses doudous (et parfois ceux de son voisin Jérôme, ou ceux de la libraire du coin dans le tome 15, Les doudous libraires).
Des doudous animaux (ours, lapin, pingouin, renard, baleine… et l’inclassable Touffe de Poils !) qui parlent, chantent, racontent des histoires, font des bêtises et réagissent au quart de tour dès qu’Ana Ana propose de faire quelque chose.

Sans en faire des tonnes, la série aborde de temps à autre des sujets propices à faire réfléchir les petits lecteurs : la peur du noir, l’entraide, l’amitié, la liberté et l’affirmation de son identité… Toujours avec bonne humeur, tendresse et bienveillance.

La complicité qui lie la fillette à ses peluches est la clef du bonheur de la série Ana Ana. Et aussi, bien sûr, le caractère des doudous, qui ont tous une personnalité bien affirmée, une manière de s’exprimer ou d’agir qui les différencie les uns des autres.
Mention spéciale à Touffe de Poils, le spécialiste des bêtises et catastrophes en tous genres, qui provoque bien des éclats de rire !

Ana Ana est devenue si populaire qu’elle dépasse désormais Pico Bogue en nombre d’albums (15 contre 12). Le seizième, L’Étrange dessin, sort aujourd’hui, en même temps que le tome 13 des aventures de son grand frère. Et il est très attendu chez nous, je peux vous le dire !

Retrouvez la série complète sur le site des éditions Dargaud : Ana Ana

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s