La Diamanterie

Atteinte d’une légère malformation d’une jambe qui la rend un peu bancale, élevée seule par sa mère, Pénélope n’a pas forcément la vie facile, mais elle s’en sort plutôt bien. 
Jusqu’à cette soirée funeste où sa mère lui prépare des lasagnes, son plat préféré… Ça sent la mauvaise nouvelle !!! 
En effet : l’adolescente apprend qu’elle va devoir passer ses vacances d’été chez son oncle et sa tante à la montagne – et qui dit oncle et tante dit aussi cousin et cousine, ceux-là même qui avaient trouvé très drôle de balancer Pénélope dans une fourmilière géante quelques années auparavant, entre autres moqueries qui avaient ruiné ses vacances d’alors.
Bref, c’est la tuile. 
Sauf que les années ont passé, que les gens peuvent changer, et que de belles rencontres peuvent tout remettre en cause, y compris pour le meilleur…

Laure Monloubou
illustré par Robin

Éditions Amaterra

ISBN 9782368561058

183 p.

12,50 €


À partir de 11 ans


La Diamanterie… quel titre intriguant ! Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler de quoi il s’agit. Pour le savoir, il vous faudra lire ce délicieux petit roman – sinon ce serait trop facile.

Que vous dire donc d’autre à son sujet ?
La Diamanterie
est le premier roman de Laure Monloubou, déjà bien connue pour ses jolis albums, pleins d’humour et de générosité – à l’image de leur auteure, qui est l’une des plus belles personnes que l’on puisse imaginer.

C’est un très beau livre, tout en simplicité, en tendresse, en humour, en drôlerie, en chaleur humaine. Il parle joliment d’adolescence, de la fragilité de cet âge de la vie où chaque seconde vécue peut constituer une remise en question primordiale. Il parle aussi d’amitié, d’amour, d’art, de différence.
Chez les plus grands lecteurs, il fait également resurgir des souvenirs précieux de vacances d’été, ces moments hors du temps où tant de choses se passent dans nos jeunes existences…

La Diamanterie a le parfum des lectures d’enfance, où l’aventure se mêle au quotidien entre les pages, et où plus rien n’a d’importance que de résoudre des mystères et de vivre des amitiés par procuration littéraire.
Ce livre a pour moi le charme des chers vieux Club des Cinq, par exemple. Et retrouver ces sensations m’a fait un bien fou !


La page du blog consacrée à l’auteure : Laure Monloubou

Une réflexion sur “La Diamanterie

  1. Ping : Olga et le cri de la forêt – (p'tits) cannibales lecteurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s